Pose d’implants dentaires : quels sont les risques ?

Pose d'implants dentaires

Lorsqu’un dentiste professionnel effectue une chirurgie d’implant dentaire, il est considéré comme l’un des types qui sont les plus prévisibles et les plus sûrs de la chirurgie dentaire. Vous avez souvent vu peut-être de la photo d’implant dentaire chez le dentiste. En vérité, l’implant fournit le soutien nécessaire pour remonter les dents. Il permet aussi le fonctionnement et l’apparence de dents à remettre comme la stimulation de la croissance d’os placé sous la dent. Pourtant, plusieurs complications et risques sont associés à l’implantation dentaire.

Défaillance d’intégrer et perforation

Plusieurs facteurs variés pourraient affecter la période thérapeutique suivant l’implant dentaire. Il s’agit par exemple de la densité osseuse, de la réaction du tissu où l’on pose l’implant et de la qualité de l’os. Il est conseillé de ne pas appliquer une force excessive à l’implant dentaire pendant le temps qu’il guérit. Cela permet de réduire les risques causés par l’implant dentaire. La stabilité primaire d’implant est un facteur essentiel pour l’action d’intégrer l’implant dans l’os. Elle se rapporte aussi à la stabilité de l’implant dentaire après la procédure. Lorsque la stabilité primaire est insuffisante, elle peut conduire à l’échec de la pose d’implants. En outre, quand l’implant dentaire n’est pas intégré correctement pour fournir une stabilité primaire, il provoque un risque sur l’assimilation. Avant la procédure, l’antibiotique prophylactique est souvent donné, car il peut aider à diminuer le risque d’échec de la pose d’implants dentaires. Durant la procédure de la pose d’implants dentaires dans les maxillaires, certaines structures anatomiques peuvent être déformées. Ces structures comprennent la perforation des sinus maxillaires, de la plaque labiale, de la plaque linguale, du canal alvéolaire inférieur, de la bordure inférieure, ou bien de la gencive. Lorsque la cavité des sinus maxillaires est percée par l’implant dentaire, elle peut provoquer des problèmes et des infections de sinus. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Infection et perte osseuse excessive

L’infection est un problème considérable de l’implantation dentaire. Elle peut se produire dans un endroit affecté et se présente comme un abcès, une fistule, une suppuration ou une inflammation. L’infection peut aussi affecter les parties du corps qui sont plus larges pour provoquer une infection systématique. Les antibiotiques sont généralement administrés avant toute la procédure à suivre pour la mise en place des implants dentaires. Cela permet d’augmenter la chance de réussite de l’intégration. Ainsi, ils sont capables de diminuer le risque d’infection durant la pose d’implant dentaire. D’une part, la perte osseuse excessive située dans la place de l’implant dentaire pourra aussi diminuer la stabilité du remontage d’implant. Cela exige souvent une intervention. La perte osseuse excessive entre les dents naturelles et les implants peut provoquer l’apparition des triangles noirs sur les dents.

Fracture d’implant et d’autres risques d’implant dentaire

La fracture de la vis de joint d’implant est une complication, car la vis ne peut pas être fixée facilement. La fracture peut être quand même sauvée par le fait de démonter la vis. Pourtant, dans certains cas, l’os restant ne peut pas supporter l’implant neuf. La fracture de joint peut être fixée à nouveau lorsqu’on remonte la tête et l’aboutement. C’est une complication qui ne provoque pas un impact grave sur la fusion de l’os et de l’implant. Ainsi, elle est beaucoup plus facile à traiter. D’autre part, Il existe d’autres risques d’implants dentaires comme la lésion nerveuse. Cette dernière provoque une douleur, un engourdissement ou bien une paresthésie sur les tissus ou les os situés autour de l’implant comme le menton ou les dents. À part la lésion nerveuse, on peut aussi prendre en compte de la récession gingivale. La gencive qui est placée près de l’implant dentaire pourra reculer afin d’exposer le joint en métal ou la vis. Pourtant, c’est la vis qui maintient en place l’implant dentaire. Il y a aussi ce qu’on appelle nécrose de tissu. Approximativement dans 1 cas sur 20, les cellules situées dans le tissu et qui sont autour de l’implant dentaire peuvent mourir. La déhiscence fait partie des risques dus à la pose d’implant dentaire. Cet échec d’implantation dentaire exige une greffe osseuse. Par ailleurs, durant la pose d’implant dentaire, certains risques peuvent se produire comme le saignement excessif et l’hyperplasie. La probabilité de réussite de la pose d’implant dentaire peut aussi diminuer lorsque la bouche, les maxillaires et les gommes ne sont pas en état sain.