lactu dentaire

Quelle prise en charge des soins par la complémentaire dentaire?

dentaire

La visite chez le dentiste peut parfois coûter très cher. Prothèses dentaires, couronnes, implants, et même orthodontie sont autant de dépenses qui doivent être prises en charge par la bonne mutuelle pour limiter vos frais restants et économiser vos économies. Afin d’éviter les mauvaises surprises, il est essentiel de comprendre comment la sécurité sociale rembourse les soins dentaires. Quels sont la couverture pour vous et les soins dentaires de votre enfant ? Quel remboursement l’aide mutuelle prévoit-elle pour les dépenses de santé liées aux soins dentaires ? Parcourez ainsi ce guide pour obtenir des informations de base sur les soins dentaires.

Qu’est-ce que la mutuelle dentaire ?

La mutuelle dentaire est idéale pour rembourser les frais dentaires très onéreux comme dentiste, chirurgie, prothèses qui ne sont pas indemnisées par une assurance-maladie. En fait, une base de remboursement de la sécurité sociale (BR) pour les soins dentaires est généralement faible, donc si vous souffrez de problèmes dentaires récurrents, il est judicieux d’acheter dans la région des compléments qui offrent une bonne matière de remboursement. À proprement parler, il n’y a pas de meilleure assurance santé dentaire.

Les résultats varieront en fonction de la garantie, du taux de remboursement, du prix que vous allez payer. Ils varient aussi selon l’entreprise que vous choisissez ou de l’espace client en ligne de votre consultant, mais notamment de vos besoins en soins dentaires. Une visite chez le dentiste s’impose alors que d’autres souhaitent un bon remboursement orthodontique. D’autres encore peuvent avoir des dents plus fragiles qui nécessitent un examen et une consultation avec un spécialiste. Par conséquent, vous devez d’abord bien identifier vos besoins et choisir les formules qui y correspondent lors de la saisie de votre budget. Les soins dentaires constituent un poste essentiel dans les factures médicales françaises. 

L’assurance-maladie est souvent difficile à rembourser, alors le complémentaire santé est nécessaire pour ces soins. Voici quelques remarques sur le remboursement des soins dentaires. D’abord, les frais de soins dentaires varient selon le type d’intervention : consultation, carie, orthodontie. De plus, la mutuelle dentaire supporte financièrement le reste des soins dentaires selon le tarif de l’assurance-maladie. Et enfin, outre la sécurité sociale, le complémentaire santé couvre également tout ou partie des frais d’orthodontie.

Pourquoi souscrire le complémentaire santé quand on a des besoins dentaires ?

La facture d’un dentiste peut être parfois plus douloureuse que le traitement lui-même. Alors comme solution, c’est de souscrire à la bonne assurance dentaire. Sans complémentaire, le coût de vos soins dentaires peut impacter significativement votre budget, que vous soyez affilié à un régime général de sécurité sociale ou avec un autre régime. Il est donc essentiel de souscrire un complémentaire santé pour couvrir les frais dentaires. 

Les remboursements de la mutuelle dentaire pour des hygiènes dentaires sont loin d’être suffisants. En fait, ils sont indemnisés jusqu’à 70 % de la base d’une sécurité sociale. Certains traitements et procédures ne sont pas entièrement couverts. Les tarifs étant gratuits, votre professionnel de santé pourra facturer des dépassements qui seront ajoutés à votre facture finale. Vérifiez si votre assurance-maladie complémentaire couvre une partie de vos frais de traitement. Et même si vous avez aujourd’hui la santé bucco-dentaire parfaite, le sera-t-elle encore dans quelques années ? 

Un remboursement des soins dentaires couvrir par la sécurité sociale ?

Les soins dentaires sont indemnisés à 70 % par une assurance-maladie, cependant ce pourcentage est basé sur le taux conventionnel d’une sécurité sociale, également appelé taux de responsabilité. Les médecins conventionnés de la zone 1 seront facturés au tarif normal, les médecins de la zone 2 peuvent ainsi appliquer des honoraires libres. Par conséquent, le montant des soins dentaires remboursé par la sécurité sociale est bien inférieur au montant réel des soins. La contribution forfaitaire de 1 € n’affecte pas aux hygiènes dentaires conservateurs excepte s’ils sont effectués par le médecin stomatologiste. Notez que ce dernier n’est pas inclus sur une base de remboursement pour tout conseil ou comportement des patients de plus de 18 ans. 

Le coût élevé des soins dentaires et un faible remboursement de l’assurance médicale sont les principales raisons pour lesquelles de nombreuses personnes choisissent de compléter l’assurance médicale. La mutuelle dentaire vient alors compléter le remboursement sous forme de forfait semestriel ou annuel soit sous une forme de pourcentage d’une base de remboursement d’une sécurité sociale (de 100 % à 800 %). Il faut cependant examiner que le remboursement de vos soins dentaires pour l’assurance-maladie n’est pas retiré de cette base de calcul : dans cette situation, la mutuelle paie le montant le moins élevé, et les autres mutuelles doivent payer le montant le plus élevé.

Souscrire un sur-complémentaire dentaire : pour quelle raison ?

Tout d’abord, le sur-complémentaire, c’est quoi ? Il s’agit d’un contrat complémentaire santé optionnel souscrit séparément pour ceux qui profitent déjà de le complémentaire santé. Un tel régime peut répondre à vos besoins de santé non couverts par votre régime de base. En matière de soins dentaires, le sur-complémentaire peut être profitable, si, par exemple, votre mutuelle d’entreprise n’offre pas une couverture adéquate à vos besoins. 

Les frais dentaires sont très chers, nombreux, et la part des paiements de la sécurité sociale est souvent insuffisante. Même si vous ne possédez pas de besoins de soins majeurs comme prothèses, caries, implants, dévitalisation, il est fortement recommandé de consulter régulièrement votre dentiste pour des bilans de santé préventifs. En effet, un spécialiste pourra évaluer l’état de vos dents et, au besoin, recommander certaines mesures pour éviter de causer un problème ou une condition plus grave. Cela peut également vous coûter moins cher, car retarder la chirurgie peut vous coûter cher. Alors choisissez bien votre assurance pour éviter toute mauvaise surprise le jour de votre consultation ! 

Une assurance dentaire bon marché est difficile à trouver. Souvent, ces garanties sont coûteuses et il est compliqué d’économiser ce coût. Aussi, la meilleure rémunération dans le domaine est réservée à une mutuelle dentaire dite haut de gamme. Cependant, vous pouvez essayer de rechercher sur le web et les comparateurs pour trouver le meilleur plan pour votre profil. En fait, cela n’a aucun sens de souscrire à une formule qui offre une couverture supplémentaire liée à vos besoins de santé.

Un remboursement des soins dentaires par des mutuelles plafonnées et sans plafond

Lorsqu’une compagnie d’assurance-maladie annonce un remboursement à 500 %, il s’agit généralement de 500 % des coûts conventionnel d’une sécurité sociale. Les actes non-périodiques, tels que les prothèses et les implants dentaires sans tarif conventionné, sont remboursés par la mutuelle à zéro : 500 % de 0 égale 0. Certaines mutuelles offrent des forfaits, cela signifie qu’elles couvrent un montant fixe de soins. 

La majorité des forfaits sont annuels, parfois inadaptés à des soins orthodontiques ou d’implantologie, et se concentrent sur quelques mois. Pour la mutuelle sans plafond, seule l’entraide dentaire sans plafond peut être efficace. Elle doit répondre ainsi aux trois conditions suivantes. D’abord, le remboursement des dépenses effectivement engagées. Ensuite, il n’y a pas de délai d’attente et pas de limite annuelle. Ces trois conditions peuvent changer d’un contrat à l’autre. De plus, les devis doivent être comparés pour une couverture optimale. 

Une mutuelle dentaire sans plafond qui a un coût ne devrait être retirée qu’en cas d’un réel besoin et faire des études sur chaque point de l’offre. En effet, il existe plusieurs différences de formules à savoir le prix des cotisations, les garanties, les clauses d’exclusions. Également, avant de signer, vous devez bien vérifier qu’il n’y a pas d’un délai d’attente et que certains traitements n’ont pas de plafonds. De plus, le remboursement est basé sur les frais réels, et non sur les tarifs négociés par l’assurance-maladie. Vérifie aussi que la demande non plafonnée est sans limite dans le temps. 

Quitter la version mobile